Deutsch Englishitaliano
LITTÉRATURE
Contact

1697 Pas de Calais
1763 Chantilly

L´Abbé Prévost

L’Abbé Prévost, écrivain français, naît le 1er avril 1697, sous le nom d’Antoine-François Prévost. Il est le deuxième fils d’un juge issu de la bourgeoisie aisée d’Hesdin, dans le Pas-de-Calais. À l’âge de 14 ans, il perd sa mère et sa sœur cadette. En 1712, les rapports avec son père se dégradent et il arrête prématurément ses études au collège jésuite de sa ville natale. Prévost s’engage alors comme soldat dans la guerre de Succession d’Espagne et ne quittera l’armée qu’en 1713, peu avant sa fin. Il termine ensuite sa scolarité au collège d’Harcourt, puis entre comme novice chez les Jésuites.
À partir de 1718, il s’engage à l’armée en tant qu’officier aspirant, participe à la guerre franco-espagnole, déserte en 1718 et décide en 1720 de se réfugier chez les Bénédictins où il fera ses voeux en 1721. Il vit par la suite dans différents monastères qui sont pour la plupart de tendance janséniste. Prévost se consacre alors à l’étude de la théologie, est ordonné prêtre et prononce des sermons. En 1727, il est envoyé au monastère parisien de Saint-Germain-des-Prés où il contribuera à la Gallia christiana, ouvrage historiographique collectif en plusieurs volumes des Bénédictins.
C’est au cours de cette période que Prévost rédige ses "Mémoires et Aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde", un roman dont les deux premiers tomes seront publiés en 1728. Prévost se fâche avec son abbé, quitte le monastère parisien en catimini et continue, caché, à se consacrer à l’écriture. Frappé d’une lettre de cachet émis par l’abbé pour avoir quitté le monastère sans autorisation, il s’enfuit à Londres via la Hollande, grâce aux revenus que lui procurent les tomes III et IV des Mémoires.
À Londres, Prévost est employé comme professeur à domicile et se convertit à l’anglicanisme. Plus tard, en Hollande, il publie les tomes V et VI des Mémoires, ainsi que le tome VII intitulé "L’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut". En 1731 paraissent en outre à Utrecht quatre tomes de son roman "Histoire de Cleveland, fils naturel de Cromwell", et en 1733 les mémoires de François de Thou, conspirateur contre Richelieu. À Londres, il rédige des articles pour sa revue Le Pour et le Contre, publiée à Paris. Un an plus tard, il est brièvement emprisonné pour escroquerie puis expulsé.
De retour en France, caché, l’Abbé Prévost reprend contact avec les Bénédictins et obtient le pardon du pape pour son apostasie. En 1735, il obtient l’autorisation d’entamer un deuxième noviciat abrégé. L’ordre se satisfait des apparences pieuses ainsi sauvegardées, laissant Prévost se consacrer à l’écriture. Ainsi, il écrit en 1735 le roman "Le Doyen de Killérine", puis devient aumônier du prince de Conti et rédige en 1737 et 1738 les derniers tomes de "Cleveland". Après 1740, Prévost se consacre à la rédaction et à la traduction de livres d’histoire semi romancés, de biographies et de récits de voyage. En 1753, Prévost publie une version légèrement modifiée et moralisatrice de "Manon Lescaut", aujourd’hui considérée comme son chef d’œuvre.
L’Abbé Prévost écrit encore de nombreux ouvrages jusqu’à sa mort, le 23 novembre 1763 à Courteuil, près de Chantilly dans le département de l’Oise.


Auteurs similaires:  Balzac, Honoré de  |  Caesar, Caius Julius  |  Callot, Jacques  |  La Fontaine, Jean de