Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Jean-Baptiste Jouvenet

Le peintre Jean-Baptiste Jouvenet, dit "le grand", naît en 1644 à Rouen. C’est le membre le plus célèbre d’une famille d’artistes qui compte peintres et sculpteurs. Jouvenet est tout d’abord l’élève de son père, Laurent II (1609–81). En 1661, le jeune homme, alors âgé de 17 ans, se rend à Paris et y devient l’élève de Charles Le Bruns (1619–90). Jean-Baptiste Jouvenet le seconde dans son travail pour honorer entre autres les commandes importantes passées par Versailles. Bien qu’il ne soit jamais allé en Italie, son art est confronté à l’influence italienne grâce à Le Brun. L’artiste entre en outre à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Cela lui permet de poser sa candidature pour le "Prix de Rome" en 1668 avec son œuvre "La première conquête de la Franche-Comté". En 1672, Jean-Baptiste Jouvenet obtient une rétribution pour un tableau monumental qu’il peint à l’occasion de la cérémonie d’inhumation du cardinal Séguier. Un an plus tard, il réalise sur commande de la corporation des orfèvres "Louis XIV guérit les scrofuleux" et a alors un succès sans précédent. En 1674, l’artiste est agréé et devient membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1675 grâce à l’œuvre "Esther d’Ahasver". Par la suite, il passe de plus par toutes les fonctions administratives jusqu’à ce qu’il soit nommé directeur en 1705 et recteur en 1707. Depuis 1687, Jean-Baptiste Jouvenet obtient souvent des commandes de Louis-François Ier de Bourbon, Prince de Conti (1717–76). Mazarin lui confie en outre la décoration picturale du château de Véretz (1690). Jouvenet n’expose que deux fois, respectivement en 1699 et en 1705 au Salon officiel.
En 1706 a lieu l’exposition des quatre tableaux monumentaux "Les marchands chassés du temple", "La résurrection de Lazare", "La pêche miraculeuse" et "Le repas chez Simon" dans l’église Saint-Martin-des-Champs. Jouvenet reproduit ses scènes avec quelques changements infimes pour exécuter les tapisseries que le tsar Pierre le Grand (1672–1725) offre à Louis XV. C’est Louis XIV en particulier qui protège l’artiste. Il lui accorde une pension de 1200 livres. Après avoir achevé le tableau "La descente du Saint-Esprit sur les apôtres" pour la chapelle de Versailles, cette pension est élevée à 1900 livres.
Vers 1713, il souffre d’une paralysie du côté droit qui l’empêche de peindre. Il commence alors à s’exercer de la main gauche et peint désormais avec cette dernière. En 1716, l’artiste réalise son dernier tableau, "La visitation de la Vierge", pour le chœur de la cathédrale Notre-Dame à Paris. Cette œuvre est datée comme la plupart de ses principaux tableaux de sorte qu’il est possible de suivre facilement son évolution. Jouvenet est dans l’ensemble un des peintres religieux les plus célèbres de son époque. Alors que ses premiers tableaux sont encore empreints de l’influence primordiale de Nicolas Poussin (1594–1665), Peter Paul Rubens, dont il est l’un des plus grands admirateurs, le fascine essentiellement par la suite. La descente de croix devient ainsi un thème souvent utilisé par Jouvenet.
Jean-Baptiste Jouvenet meurt le 5 avril 1717 à Paris.