Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Jean Ignace Isidore Gérard

Jean Ignace Isidore Gérard, surnommé Grandville, caricaturiste français, dessinateur de vignettes, aquarelliste et lithographe, naît le 3 septembre 1803 à Nancy. Son père (1767–1854) est également miniaturiste et dessinateur. A l’âge de 20 ans, Grandville entre dans l’atelier d’Hippolyte Lecomte (1781–1857) à Paris pour étudier aussi la miniature. Il abandonne cependant de nouveau bientôt la peinture et apprend le métier de lithographe en autodidacte.
En 1827, il publie ses premiers cycles tels que les douze lithographies en couleur Dimanche d’un Bourgeois de Paris ou les Tribulations de la petite propriété. En 1829 paraissent les soixante-treize lithographies en couleur Métamorphoses du jour permettant à Grandville de fêter son premier succès. Ces caricatures mélangeant l’homme et l’animal deviennent désormais son domaine particulier. L’artiste est membre du journal Caricature récemment créé et existant depuis 1830 mais doit céder sa place de chef à Honoré Daumier (1808–79) un an plus tard. Il travaille de plus pour la revue "Charivari" fondée en 1832. Les lois de septembre ayant mis fin à la caricature politique, Grandville se consacre à l’illustration d’ouvrages. En 1836, il dessine des vignettes avec Denis Auguste Marie Raffet (1804–60) et réalise en 1838 les illustrations pour l’œuvre principale Les voyages de Gulliver. En 1838, l’artiste fait également les coupes pour les fables de Jean de La Fontaine (1621–95). Avec ces dernières, il revient à ses caricatures hommes-bêtes. D’autres œuvres sont les Scènes de la vie des animaux (1842), les Petites misères de la vie humaine (1843), les coupes pour Jerôme Palurot (1846) de Reybaud (1799–1879) et les 50 gravures sur acier Les fleurs animées. Après de durs revers de fortune, l’artiste doit être placé en maison de santé.
Jean Ignace Isidore Gérard meurt le 17 mars 1847 à Paris.