Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

1913 Constantine
1960 Paris

Jean-Michel Atlan

Jean-Michel Atlan naît en Algérie en 1913. Il est issu d’une famille juive. En 1930, il regagne Paris pour étudier la philosophie à la Sorbonne et pour enseigner également cette matière par la suite. Jean-Michel Atlan perd cependant son droit à l’enseignement pendant l’occupation et vit ensuite dans la misère à Montparnasse. C’est à ce moment qu’il se consacre à la peinture en autodidacte. En raison de son engagement dans la Résistance et de ses origines juives, l’artiste est arrêté en 1942. Pendant deux ans, il est interné à l’hôpital Saint-Anne après avoir simulé une maladie mentale. Atlan y apprend alors à connaître un monde au-delà des modes de pensée et des actes quotidiens qui le marquera et qui influencera son travail pour toujours. Le philosophe et homme de lettres, ami de Gertrude Stein et de Gaston Bachelard, trouve sa voie vers la peinture par l’intermédiaire de l’élément rythmique de la poésie. L’artiste expose pour la première fois en 1944 et publie son recueil de poèmes "Le Sang profond".
Suite à des débuts couronnés de succès et à la reconnaissance manifestée par un petit nombre d’écrivains avant-gardistes, l’artiste vit de nouveau dans la misère peu de temps après. A cette époque, Atlan travaille temporairement comme colporteur et diseur de bonne aventure. Aux côtés d’artistes émérites tels que Braque et Matisse, l’autodidacte peut présenter pour la première fois son œuvre à un plus grand public en 1946. A partir de 1945, Atlan crée des formes animales figuratives abstraites et fantastiques influencées par le haut primitivisme du groupe CoBrA et participe à ses expositions. Vers 1956, le style de Jean-Michel Atlan s’affermit. Des lignes sinueuses noires très marquées entourent des champs aux tons pastel rappelant des associations organiques et végétales et qui ont pour thème le combat et le fantastique résultant d’une vision du monde agnostique et biologistique. La percée artistique d’Atlan en 1956 est due à une affiche que l’artiste conçoit pour l’exposition de la nouvelle "Ecole de Paris" dans la galerie Charpentier et pour une exposition dans la galerie Bing à Paris. Dans les années 50, Atlan, considéré comme l’un des représentants les plus importants de la "Nouvelle Ecole de Paris", jouit d’une forte reconnaissance en France comme au Japon, mais également en Angleterre et aux USA. L’artiste meurt des suites d’un cancer en 1960. Il a déjà été rendu hommage à Jean-Michel Atlan en 1963 par une rétrospective au Musée National d'Art Moderne. Il laisse environ 220 œuvres à la postérité parmi lesquelles on trouve des tapisseries et des illustrations.


Artistes similaires:  Alechinsky, Pierre  |  Arman  |  Arp, Jean  |  Bissier, Julius Heinrich  |  Bissière, Roger  |  Braque, Georges  |  César, (d.i. César Baldaccini)  |  Chagall, Marc  |  Chillida, Eduardo  |  Clavé, Antoni  |  Coignard, James  |  Delaunay-Terk, Sonia  |  Dubuffet, Jean  |  Ernst, Max  |  Estève, Maurice  |  Fautrier, Jean  |  Gleizes, Albert  |  Hartung, Hans  |  Hausmann, Raoul  |  Herbin, Auguste  |  Jorn, Asger  |  Klein, Yves  |  Lam, Wifredo  |  Lanskoy, André  |  Laurens, Henri  |  Le Corbusier  |  Man Ray  |  Masson, André  |  Mathieu, Georges  |  Matisse, Henri  |  Michaux, Henri  |  Miró, Joan  |  Morellet, François  |  Picabia, Francis  |  Picasso, Pablo  |  Poliakoff, Serge  |  Soto, Jésus Raphael  |  Soulages, Pierre  |  Tàpies, Antoni  |  Tinguely, Jean  |  Vasarely, Victor  |  Wols, (d.i. Wolfgang Schulze)  |  Wou-Ki, Zao