Deutsch Englishitaliano
LITTÉRATURE
Contact

Album amicorum (littéralement " liste d’amis")

Album amicorum (littéralement "liste d’amis"), carnet composé d’autographes d’amis ou de gens connus. Un album amicorum désigne une forme précédant l’album de poésie dans les pays de langue allemande dans lequel amis, relations, membres d’une famille, professeurs et enseignants ainsi que d’autres personnes auxquelles le possesseur accordait un certain respect s’immortalisèrent à tout jamais par des termes amicaux ou choisis, des maximes, des souhaits, des dédicaces, des blasons, des dessins, des silhouettes, des estampes, des broderies, des boucles de cheveux, des fleurs pressées ou des choses semblables.
Il était particulièrement en vogue dans le milieu bourgeois et les cercles estudiantins des 18e et 19e siècles. Outre sa fonction de souvenir, il était précisément utilisé comme lettre de recommandation dans le milieu estudiantin en cas de changement d’université.
L’exemplaire le plus ancien connu jusqu’à nos jours est celui de Claude de Senarclens (commencé en 1545), un condisciple de Calvin, et provient de la ville de Wittemberg. Dans ce contexte, particulièrement intéressant est le fait que l’usage de ce carnet était surtout répandu dans les cercles protestants jusqu’au 18e siècle. La question de savoir si ces carnets trouvent initialement leurs origines réellement dans les tableaux généalogiques du Moyen-Age, les livres de lignée ou de tournois n’est aujourd’hui qu’une supposition.
Au cours des siècles, ces carnets estudiantins devinrent en tout cas des livres de souvenir dans lesquels des gravures déjà réalisées faisant office de "feuillets de carnets" avec des motifs illustrés pouvaient être classées. Au 19e siècle, la mode des carnets d’autographes s’estompa de plus en plus : des objets caractérisés par certaines couleurs et portant des dédicaces, tels que la vaisselle ou les chopes, remplacèrent désormais la fonction des souvenirs destinés à sceller les amitiés des étudiants.

Les carnets d’autographes sont extrêmement intéressants pour la science jusqu’à encore aujourd’hui dans la mesure où ils permettent aussi bien de tirer des conclusions sur la mentalité et les conceptions morales des auteurs ainsi que sur les courants en vogue tout en servant de carnets non censurés faisant office de sources importantes quant aux données personnelles d’un individu précis et également sur les groupements d’étudiants interdits généralement jusqu’en 1848.
Les carnets d’autographes de Ludwig van Beethoven et de Babette Koch en particulier sont célèbres. Le format de ces carnets changea au cours de leur histoire pour passer du livre relié composé de feuilles de papier ou de parchemin vierges ou seulement en partie imprimées aux carnets d’autographes préimprimés encore populaires jusqu’à présent. Jusqu’à la fin du 18e siècle, les carnets existaient surtout en format in-seize ou in-octavo, puis par la suite également en format oblong ou sous forme de feuilles volantes conservées dans des cassettes ou des chemises.