Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

1879 Le Havre
1949 Paris

Emile-Othon Friesz

L’artiste Achille-Emile-Othon Friesz, qui se nommera par la suite uniquement Othon Friesz, naît en 1879 au Havre. C’est très tôt que ses parents l’incitent à devenir peintre et Friesz commence sa formation artistique à l’Ecole des Beaux-Arts de sa ville natale dans l’atelier de Charles-Marie Lhuillier dès 1892. Il y fait la connaissance de Raoul Dufy et de George Braque avec lesquels il entretient de longs rapports d’amitié et fera quelques voyages. En 1897, Othon Friesz obtient une bourse et étudie pendant six ans chez Léon Bonnat à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, ville dans laquelle il s’établit également. Le jeune artiste fait la connaissance d’Henri Charles Manguin, d’Albert Marquet, d’Henri Matisse et de Charles Camoin. C’est surtout le fait de fréquenter Camille Pissarro qui l’influence dans cette phase de création. Le peintre connaît ses débuts artistiques au salon de la Société des Artistes français en 1900. Friesz est représenté au Salon d'Automne avec un premier envoi de ses œuvres en 1904 ainsi qu’au Salon des Indépendants deux ans plus tard. Les années suivantes, Othon Friesz se distance de sa conception proche de la nature l’ayant influencé jusque lors au profit d’œuvres portant l’empreinte du fauvisme. L’artiste peintre entreprend plusieurs voyages le mènent entre autres au Portugal en 1911 et en Belgique en 1912. Ses séjours à Munich et à Düsseldorf ainsi que sa participation renouvelée aux expositions de la Sécession berlinoise le font également connaître en Allemagne. Friesz, non seulement représenté dans toute l’Europe mais également aux Etats-Unis à l’Armory Show à New York ainsi qu’à Chicago, enseigne à l’Académie Moderne de Paris de 1912 à 1921, à l’Académie Scandinave à partir de 1925 et à l’Académie de la Grande Chaumière à partir de 1944. La décoration du Palais de Chaillot créée avec Raoul Dufy dans le cadre de l’Exposition universelle de Paris en 1937 fait partie des travaux les plus importants de sa phase de création tardive. Bien qu’Othon Friesz emploie un mode de représentation réservé et traditionnel dans ses dernières œuvres, ses premiers travaux, en particulier ceux de l’année 1907, comptent néanmoins parmi les exemples les plus audacieux du fauvisme.