Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Jean Jacques de Boissieu

Jean-Jacques de Boissieu, né le 30 novembre 1736 à Lyon, est un peintre et graveur français dont les œuvres sont exposées dans un grand nombre de collections et de musées dans le monde entier.
Bien que ses parents prévoient la fonction de juge pour leur fils, de Boissieu décide de devenir artiste, activité qui l’attire dès l’enfance. Il fait entre autres son apprentissage chez les peintres Jean-Charles Frontier et Lombard. Une allergie à l’huile le contraint cependant à renoncer à la peinture. A défaut, Boissieu se consacre au dessin. En 1758, il publie son premier ouvrage "Livre de griffonnements inventés et gravés par de Boissieu". Il achève sa formation artistique lors d’un séjour à Paris de 1761 à 1764. Il fait ensuite le tour de l’Italie de 1765 à 1766 durant lequel il accompagne le Duc de la Rochefoucauld. Pendant ce voyage, l’artiste fait également la connaissance de Voltaire. De Boissieu réalise de nombreux dessins de paysage et des dessins de monuments italiens.
De retour à Lyon, ses travaux sont couronnés de succès et il est considéré comme l’un des derniers représentants de l’art de la gravure classique. Pour certains critiques, c’est le "Rembrandt français" selon les affirmations de l’encyclopédie française d’art Bénéziet étant donné que, surtout dans les dernières années de sa vie, il traite ses dessins pour obtenir les effets de clair et de foncé caractéristiques de son art. De Boissieu réalise entre autres quelques planches pour l’encyclopédie de Diderot. Les portraits expressifs et les paysages issus de la région de Lyon et d’Italie font essentiellement partie de ses spécialités mais il fait également des reproductions de vues de paysages hollandais d’après Ruysdaël, van de Velde et d’autres peintres. En raison de son allergie, de Boissieu ne réalise que peu de toiles mais un nombre important de dessins et de gravures. Son style réaliste ressemble à celui de l’école hollandaise.
En 1771, de Boissieu est désigné conseiller royal et trésorier au ministère des finances. En 1780, il est accepté à l’Académie de Lyon. L’artiste est considéré en outre comme le fondateur de l’Académie de peinture lyonnaise.
Pendant la Révolution française, il jouit de la protection de Jacques-Louis David et ses plaques de cuivre sont protégées par décret.
En 1802, de Boissieu devient membre de la commission d’administration du Conservatoire des Arts. De 1806 jusqu’à sa mort en 1810, l’artiste est maire de Lentilly dans les environs de Lyon. Jean-Jacques de Boissieu meurt le 1er mars 1810 à Lyon.