Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Jésus Raphael Soto

L’artiste vénézuélien Jésus Rafael Soto naît le 5 juin 1923 à Ciudad Bolivar. Il poursuit ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Caracas de 1942 à 1947. Il dirige ensuite l’école d’art de Maracaibo jusqu’en 1950 pour partir ensuite vivre et travailler à Paris. Dès les années 60, l’artiste est un des représentants les plus célèbres de l’art cinétique ou optique. En 1957, il réalise une structure cinétique pour le parc de l’école d’architecture de l’université de Caracas. A l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles, il crée deux murs cinétiques monumentaux en 1958 et une sculpture pour le pavillon vénézuélien. Sur la demande de l’architecte Carlos Raúl Villanueva (1900 – 1975), Soto réalise également une sculpture cinétique pour le pavillon vénézuélien dans le cadre de l’Exposition universelle de Montréal en 1967. A cette époque, il réalise en outre de nombreux films et créations dans le domaine de l’art environnemental. Le « Museo de Arte Moderno Jesús Soto » ouvre ses portes dans la ville natale de Soto, Ciudad Bolivar, le 25 août 1973. L’exposition d’inauguration présente des œuvres de Hans Arp (1886 – 1966), Gianni Colombo (1937 – 1993), Sonia Delaunay-Terk (1885 – 1979), Jean Dewasne (1921 – 1999), Juro Kubicek (1906 – 1970), François Morellet (*1926), Carmelo Sobrino (*1948) et Günther Uecker (*1930). Outre de nombreuses expositions en groupe (Biennale de Sao Paulo en 1963, Biennale de Venise en 1964 et 1966), le public peut admirer les œuvres de Soto entre autres dans la halle d’exposition de Berne en 1968, au palais Velazquez à Madrid en 1982 et au centre culturel et artistique « Quadrat Bottrop » en 1990. Des rétrospectives sur Soto sont organisées à Paris (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris) en 1969, à New York (Musée Guggenheim) en 1974 et à Miami (Center of the Fine Arts) en 1985. La dernière rétrospective montre 150 œuvres de l’artiste créées entre 1950 et 1985.
Durant la deuxième moitié de son existence, Soto accepte différentes missions en qualité de professeur et enseigne notamment à l’université d’Orient au Venezuela (1978), à l’institut pédagogique de Caracas (1984) et à l’université nationale expérimentale de Guyane (à partir de 1994). Jésus Rafael Soto meurt le 14 février 2005 à Paris.