Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Leonor Fini

Leonor Fini, artiste peintre d’origine argentino-italienne, femme écrivain, dessinatrice, illustratrice, décoratrice de théâtre et réalisatrice de costumes, naît le 30 août 1908 à Buenos Aires. Alors qu’elle est âgée d’un an, sa mère prend la fuite devant son époux pour retourner dans sa ville natale Trieste. Afin de prévenir les tentatives d’enlèvement du père, la mère fait porter à Fini des vêtements de garçon pendant les premières années de son existence. Cet état de fait permet probablement d’expliquer pourquoi elle a un faible pour les masques et les déguisements toute sa vie durant. Elle est plusieurs fois exclue de différentes écoles en raison de son esprit rebelle. Leonor Fini fait sa formation d’artiste en autodidacte. Elle peint et dessine depuis sa plus tendre enfance. C’est dès l’âge de 17 ans que sa première exposition individuelle a lieu à Trieste. Dans le milieu des années 30, l’artiste se rend à Paris et y contacte les surréalistes. Elle se lie d’amitié avec Giorgio De Chirico (1888–1978), Paul Eluard (1895–1952), Salvador Dalí (1904–89), Max Ernst (1891–1976) et Man Ray (1890–1976).
Comme Leonor Fini refuse l’ambition de diriger et le dogmatisme d’André Breton (1896–1966), elle ne devient cependant pas membre à part entière du groupe. Pendant les années marquées par la guerre, l’artiste séjourne à Rome et à Milan. En 1945, elle rentre alors à Paris. A partir de 1948, elle a une liaison avec le diplomate italien Stanislao Lepri (1905–80) et l’écrivain polonais Constantin Jelenski vit également dans cette petite communauté à partir de 1951.
Leonor Fini a une prédilection pour la scène et pour l’organisation de fêtes costumées et de bals masqués cérémonieux et fantastiques. Elle se voue en outre à un culte du chat hors du commun. Fini apparaît comme une personnalité excentrique stylisant sa propre vie comme une œuvre d’art pluriforme. Son art est basé sur le maniérisme italien, l’école de Fontainebleau, Johann Heinrich Füssli (1741–1825), le romantisme, les symbolistes ainsi que sur Gustav Klimt (1862–1918) mais également sur les artistes et écrivains contemporains. La peinture de Leonor Fini est figurative tout en étant scénique. Ce sont la plupart du temps les relations tendues de personnages dramatiques paraissant rêver ou accomplir des rituels somnambules d’ "hypnose divinatrice" , oscillant entre érotisme et menace, qui sont au cœur de son œuvre. Il apparaît souvent des séries de motifs tels que des femmes dans des compartiments de train de 1964 à 1967, des jeux entre enfants en 1970-71, des passagers et des regards de femmes rêveuses de 1987 à 1990 ainsi que des femmes somnambules en 1995.
Fini est une portraitiste adulée jusqu’en dans les années 60. Elle fait entre autres le portrait de Jean Genet (1910–86), d’Anna Magnani (1908–73), de Jacques Audiberti (1899–1965), d’Alida Valli (1921–2006) et de Suzanne Flon (1918–2005). Elle réalise en outre des illustrations pour de nombreux livres et rédige également ses propres textes merveilleux et fantastiques dans lesquels apparaissent des personnages issus du monde tel qu’elle se le représente. Elle conçoit de plus des décors et des costumes pour environ cinquante pièces de théâtre.
Leonor Fini meurt le 18 janvier 1996 à Paris.