Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Nicolas Lancret

Le peintre français Nicolas Lancret naît le 22 janvier 1690 à Paris. Alors qu’il veut, tout comme son frère François Joseph, devenir graveur sur cuivre, il parvient à s’affirmer et rejoint le peintre historique Pierre Dulin (1669–1749) pour être son élève. Depuis 1708, Lancret prend des cours de dessins à l’Académie. Il se détourne cependant également de nouveau de la peinture historique et se consacre au genre des "fêtes galantes". Vers 1712, il devient l’élève de Claude Gillot (1673–1722). Dans l’atelier de ce dernier, l’artiste fait la rencontre d’Antoine Watteau (1684–1721) qui lui conseille de renoncer à la manière de peindre de Gillot et de dessiner en revanche la nature dans les environs de Paris. Son amitié avec Watteau ne dure pourtant pas. En 1718, l’Académie royale de Paris prend Lancret alors agréé et comme membre à part entière en 1719.
Après le décès des deux maîtres Watteau et Gillot, Nicolas Lancret maîtrise le genre des "fêtes galantes" et celui des scènes de comédie, au même titre que Jean-Baptiste Pater (1695–1736), aussi élève de Watteau par le passé. Avec ses œuvres "Lit de justice tenu au Parlement à la majorité du Roi" (1723) et "Diane et Calliste", l’artiste tente de pratiquer encore à plusieurs reprises le genre historique plus estimé à l’époque. Son succès est dû pourtant au genre de Watteau et il est submergé de demandes. Il accepte ainsi entre autres des commandes de Jean-François Lériget de la Faye (1674–1731), de Jacques Louis de Béringhen, de Pierre Crozat (1661 ou 1665–1740), du Comte de Tessin, de Madeleine de Boullongne (1646–1710), du prince de Carignan et de la cour. Même Frédéric le Grand (1712–1786) achète les œuvres de Lancret en 1739 pour Rheinsberg.
L’artiste prépare souvent ses toiles à l’aide de nombreuses esquisses, d’études et d’ébauches et peint souvent des reproductions plus ou moins libres de ses œuvres. Sur ses toiles, Lancret prouve qu’il est un narrateur adroit et un fervent observateur du monde distingué et insouciant qui se montre avec élégance et goût et dans des costumes aux couleurs gaies rappelant la comédie italienne. C’est un adepte du théâtre et il réalise des portraits flatteurs des comédiennes et des danseuses.
Nicolas Lancret meurt le 14 septembre 1745 à Paris.