Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Roger Bissière

Roger Bissière, peintre et critique d’art né le 22 septembre 1886 dans le sud de la France, est l’un des principaux représentants du tachisme. Ses travaux sont exposés dans un grand nombre de musées célèbres du monde entier. Avant sa conception d’un style informel caractéristique dans les années 40, il est possible de constater l’existence de différentes influences dans ses œuvres.
Après ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Bordeaux, Bissière se rend à Paris en 1910. Il publie ses premiers écrits critiques sur l’art en 1912 dans l’hebdomadaire « L’opinion » sous le pseudonyme Caoudal. Les années suivantes, Bissière participe régulièrement à des expositions et publie de nombreux articles dans différentes revues en signant de son propre nom à partir de 1914. L’artiste, étroitement lié d’amitié avec Georges Braque, écrit également une monographie à son sujet. En qualité de critique, Bissière défend le cubisme et commente les premières expositions de Juan Gris, Jacques Lipchitz et Pablo Picasso tandis qu’il prend comme modèle le cubiste Braques pour réaliser ses œuvres picturales. En 1920, Bissière travaille une année pour la revue puriste « L’esprit nouveau » éditée par Le Corbusier et Amadée Ozenfant. La même année, l’artiste conclut son premier contrat avec une galerie alors que le nombre de ses publications diminue. De 1925 à 1938, Bissière accepte un poste d’enseignant à l’Académie Ranson à Paris ; un groupe de jeunes artistes se réunit autour de lui et certains d’entre eux seront actifs à la (Nouvelle) Ecole de Paris entre 1940 et 1960.
En 1939, Bissière se retire avec sa famille dans un ancien presbytère à Boissierette sur son lieu d’origine dans le sud de la France et se consacre entre autres à la culture de la lavande. Une affection des yeux risque de provoquer son aveuglement. Avec l’aide de sa femme, il crée des tapisseries avec des morceaux de tissu dans les années 40 marquant le début de son nouveau style caractéristique influencé par Paul Klee. Au mois de juillet 1950, Bissière subit une opération de la cataracte permettant de lui sauver la vue. Les années suivantes, l’artiste recommence à peindre et développe son célèbre style pictural poétique et abstrait.
Bissière tente de retenir l’atmosphère et les émotions vécues dans des situations précises. Il ne décrit pas ses thèmes mais transpose ses sentiments dans des analogies en couleur. Ses compositions rêveuses sont faites de surface à deux dimensions souvent composées de lignes quadrillées orthogonales à l’intérieur desquelles les couleurs et les formes sont réparties. La plupart du temps, Bissière utilise des couleurs sobres et sereines, les tons jaunes, verts et ocre dominent. Il travaille en outre avec des couleurs complémentaires ainsi qu’avec des contrastes de couleurs chaudes et froides. Il utilise aussi souvent des formes noires ressemblant à des pictogrammes ; citons par exemple l’étoile, l’escalier, le poisson et l’oiseau. Bissière utilise le plus souvent le procédé de l’huile dans ses travaux mais fait également des expériences avec d’autres techniques telles que la peinture à l’œuf. Il a un surtout un faible pour les supports simples tels que le carton, les tableaux de moindre format et le papier mais peint également sur toile.
En 1952, Bissière obtient le Grand Prix National des Arts et participe entre autres aux premières expositions de la documenta (1955, 1959 et 1964) en qualité de représentant principal de l’art informel français. Roger Bissière meurt le 2 décembre 1964 à Boisierette.