Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

Tirtoff Erté

Erté, peintre français, designer, dessinateur et sculpteur, naît le 23 novembre 1892 à Saint-Pétersbourg. Son vrai nom est Roman Petrov de Tyrtof ou encore Romain de Tirtoff en français. Le pseudonyme Erté est dérivé des initiales R et T prononcées à la française. Erté est considéré comme le père de l’Art déco.
Il commence ses études à l’Académie de Saint-Pétersbourg et dans l’atelier d’Ilja Iefimovitch Repine à partir de 1906. Sous les pseudonymes Pitch et Tir, l’artiste publie des croquis de mode dans la revue "Damskij mir". Il s’installe à Paris en 1910 et à Boulogne-sur-Seine par la suite. Il achève sa formation à l’Académie Julian à Paris en 1911.
Parallèlement à cela, il est dessinateur chez la créatrice de mode Caroline. En 1913, l’artiste d’origine russe fait la connaissance du créateur de mode Paul Poiret (1879–1944). Il fait par la suite des créations pour ce dernier sous le pseudonyme Erté. De plus, Tirtoff Erté dessine à la plume des vignettes noires à l’encre de Chine pour la Gazette du bon ton. Au début, Erté se concentre surtout sur la conception de vêtements, d’accessoires, de tissus exclusifs, d’affiches et de matériel publicitaire destinés aux sociétés nord-américaines mais élargit son champ de travail à l’art du spectacle vers 1913.
Il conçoit ses premiers costumes de scène pour le Théâtre de la Renaissance à Paris et pour la danseuse Mata Hari (1876–1917).
Tirtoff Erté devient alors subitement une célébrité. Pendant la Première Guerre mondiale, il dessine pour des donneurs d’ordre établis en Amérique du Nord. Il s’ensuit une collaboration avec le magazine Harper’s Bazaar entre 1915 et 1938. En 1925-26, l’artiste, jouissant également entre-temps de la reconnaissance internationale, travaille à Hollywood pour des productions cinématographiques et notamment pour la Metro-Goldwin-Meyer. Il réalise des décors précieux et coûteux pour les films muets à succès "Paris", "Ben Hur" et "La Bohème". Tirtoff Erté travaille ensuite de nouveau à Paris. Il conçoit entre autres son alphabet anthropomorphe (1928–8) dont il représente les vingt-six lettres par des corps de femme en mouvement posant élégamment.
Erté commence dès 1960 à faire des sculptures et réalise des constructions bizarres, fantastiques et abstraites à base d’aluminium, de fer, de cuivre et de bois, qu’il peint avec des couleurs vives. En 1964, l’artiste présente pour la première fois 20 sculptures à la Galerie Ror Volkmar à Paris. En 1980, une deuxième phase de travaux sculpturaux succède à la première, elle comporte une série importante de sculptures en bronze figuratives patinées avec de la couleur. Jusque dans les années 80, Erté conçoit en outre des bijoux, des objets d’art et des décors et fait par ailleurs des illustrations pour les revues et les magazines.
Tirtoff Erté meurt le 21 avril 1990 à Paris.