Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

1891 Brühl
1976 Paris

Max Ernst

Max Ernst suit dans un premier temps des études d’histoire de l’art. Après avoir fait la connaissance d’August Macke en 1910, Ernst commence à peindre en autodidacte. Sa fascination pour le style expressionniste de Macke ne dure cependant pas longtemps. Au retour de la Première Guerre mondiale, Ernst est convaincu que la perspective de l’art traditionnel n’est plus d’actualité. Mû par cette conviction, il fonde en 1919 avec Arp le groupe Dada de Cologne. Dans les années vingt, Max Ernst rejoint à Paris le mouvement des Surréalistes. Désormais, l’artiste puise son inspiration dans le fantastique et le mystique ; paysages imaginaires, oiseaux et animaux de la forêt ainsi que de féeriques fleurs coquille emplissent alors son œuvre.
Rapidement, Max Ernst utilise la technique du collage, associant par distanciation images et objets n’ayant aucun rapport entre eux, et donnant ainsi un sens nouveau et souvent absurde à l’image. En 1925, il s’intéresse à l’écriture automatique : les écrivains surréalistes entendent par là une écriture non contrôlée, motivée par le subconscient. Max Ernst considère le frottage comme technique équivalente sur le plan pictural. Pour cela, il pose du papier sur une surface au relief fortement structuré et le frotte à l’aide d’un crayon mou, faisant ainsi apparaître les structures sous-jacentes. Ces formes réalisées sans guidage conscient sont souvent mystérieuses et font naître de nouvelles idées picturales.
L’été 1934 passé en compagnie de Giacometti éveille en lui l’intérêt pour la sculpture. Il transpose alors pour la première fois le motif de l’oiseau, omniprésent dans son œuvre, en trois dimensions, et expérimente à partir de ce moment avec enthousiasme dans ce domaine. Max Ernst réalise des sculptures auxquelles il intègre des objets utilitaires, puis les fait mouler en bronze. Par phases, des êtres hybrides entre plante, animal et humain voient ainsi le jour, formant une synthèse entre la partie toute faite et la partie modelée.
Le moulage en béton "Capricorne" est la plus grande de ces sculptures composites ; Max Ernst l’érige en 1948 devant sa maison. Ses suites graphiques "Histoire Naturelle", "La Femme à 100 Têtes", "Rêve d’une fille" et "Semaine de Bonté" sont très remarquées.
Max Ernst restera fidèle au style qui s’en dégage, y compris durant les années passées aux Etats-Unis (1941 à 1953) et plus tard, à son retour en France.
Max Ernst meurt en 1976 à Paris.


Artistes similaires:  Arp, Jean  |  Bellmer, Hans  |  Brauner, Victor  |  Chagall, Marc  |  Dalí, Salvador  |  Delvaux, Paul  |  Duchamp, Marcel  |  Fini, Leonor  |  Lam, Wifredo  |  Magritte, René  |  Man Ray  |  Miró, Joan  |  Serpan, Jaroslav  |  Wols, (d.i. Wolfgang Schulze)