Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

1880 Chatou bei Paris
1954 Garches/
         Seine-et-Oise

André Derain

Dès l’âge de quinze ans, André Derain prend ses premiers cours de peinture avec son ami La Noé. Les premiers paysages peints datent de cette époque. De 1898 à 1900, Derain fait sa formation à l’Académie Carrière à Paris et travaille en même temps avec Matisse et Vlaminck dans un atelier. Ces artistes deviennent par la suite de véritables compagnons de voyage.
Derain doit interrompre ses études de peinture en raison de son service militaire qui dure trois ans. L’artiste poursuit alors son cursus à l’Académie Julian. Il passe l’été 1905 avec Matisse à Collioure et expose de surcroît la même année ses tableaux fauves au "Salon d'Automne" de Paris. Après plusieurs mois passés avec Picasso à Avignon en 1908, André Derain est soumis à l’influence du cubisme. Le peintre participe à l’exposition de la "Nouvelle Association d’artistes" de Munich en 1910 et également à l’exposition du Cavalier bleu ("Der Blaue Reiter") un an plus tard. En 1912, la "période gothique" signifie le début d’une nouvelle étape de création artistique. Durant cette période, l’artiste peint ses tableaux les plus personnels. En 1913, ils sont montrés à l’"Armory Show" de New York et au premier "Salon d’Automne" de Berlin. Dans les années 20, Derain réside principalement dans le sud de la France. C’est à cette époque qu’il crée ses célèbres tableaux de Pierrot et d’Arlequin ainsi que de nombreuses danseuses. En 1928, Derain reçoit le Prix Carnegie à Londres et une grande exposition est alors organisée dans ce cadre. André Derain expose dans d’autres expositions importantes à Berlin, Paris, New York et Bruxelles les deux années suivantes. En 1935, le musée d’art de la ville de Berne organise la première rétrospective importante consacrée à son œuvre. La même année, Derain s’installe à Chambourcy.
Dans les années 30, l’Opéra de Paris passe de nombreuses commandes de costumes et de décors auprès de l’artiste qui illustre en outre les "Héroïdes" d’Ovide en 1932 et "Salomé" d’Oscar Wilde en 1938. Une année auparavant, en 1937, il participe à l’exposition rétrospective des "Indépendants" à Paris. Au début des années 40, Derain travaille essentiellement à Donnemarie et rentre à Chambourcy en 1944 après la Libération et la fin de l’occupation allemande. En 1950, il crée des illustrations destinées aux œuvres de Saint-Exupéry et aux "Contes et nouvelles" de Jean de La Fontaine. Dans les années suivantes, l’artiste fait de nombreuses sculptures. Un an avant sa mort, André Derain conçoit encore les décors de l’opéra "Le Barbier de Séville" mais souffre alors soudainement d’une maladie des yeux. Derain meurt dans un accident de voiture en 1954 alors qu’il se remet lentement. La dernière rétrospective importante réservée à ses œuvres a lieu au Musée d'Art moderne de la ville Paris en 1994.


Artistes similaires:  Alechinsky, Pierre  |  Arman  |  Arp, Jean  |  Beothy, Etienne  |  Bissier, Julius Heinrich  |  Bissière, Roger  |  Braque, Georges  |  Chillida, Eduardo  |  Clavé, Antoni  |  Cocteau, Jean  |  Coignard, James  |  Corneille  |  Daumier, Honoré  |  Delaunay-Terk, Sonia  |  Dubuffet, Jean  |  Ernst, Max  |  Estève, Maurice  |  Fautrier, Jean  |  Goya, Francisco de  |  Hartung, Hans  |  Herbin, Auguste  |  Jorn, Asger  |  Klein, Yves  |  Kupka, Frantisek  |  Lanskoy, André  |  Le Corbusier  |  Léger, Fernand  |  Man Ray  |  Mathieu, Georges  |  Michaux, Henri  |  Miró, Joan  |  Picasso, Pablo  |  Poliakoff, Serge  |  Serpan, Jaroslav  |  Soulages, Pierre  |  Tàpies, Antoni  |  Tinguely, Jean  |  Vasarely, Victor  |  Wols, (d.i. Wolfgang Schulze)  |  Wou-Ki, Zao