Deutsch Englishitaliano
PEINTURE
Contact

1893 Freiburg/Brsg.
1965 Ascona

Julius Heinrich Bissier

Après de brèves études à l’Institut d’histoire de l’art de l’université de Fribourg-en-Brisgau et à l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe entre 1913 et 1914, Julius Heinrich Bissier est incorporé au service militaire. En 1918, après son retour de Fribourg-en-Brisgau, Bissier poursuit sa formation dans le domaine de la peinture exclusivement de manière autodidacte. Dans ce contexte, la profonde amitié de Bissier avec le sinologue Ernst Grosse, qui l’initie à l’art extrême-oriental, est d’une importance primordiale pour son évolution artistique. La première exposition individuelle dans l’association artistique de Fribourg-en-Brisgau a lieu en 1920. Le style de la décennie suivante est caractérisé par les influences du néoréalisme et du surréalisme. Vers la fin des années 20, le passage progressif à la peinture non-figurative est amorcé par Willi Baumeister dont Bissier devient l’ami en 1929. Cette année-là, l’artiste obtient un poste de professeur de dessin à l’université de Fribourg-en-Brisgau. En 1930, il crée ses premières encres.
La quasi-totalité des premières œuvres de Julius Heinrich Bissier est détruite dans un incendie qui éclate à l’université de Fribourg-en-Brisgau en 1934. Sous la pression des nationaux-socialistes, l’artiste doit renoncer au professorat. Il part s’installer à Hagnau sur le lac de Constance en 1939. Il y conçoit entre autres des modèles de tapis et d’étoffes destinés à l’activité de tissage à la main alors en plein développement de sa femme Lisbeth. L’artiste s’intéresse également à la céramique lorsqu’il fait la connaissance du céramiste Richard Bampi en 1942. C’est à partir de 1947 que Julius Heinrich Bissier parvient à intégrer de nouveau la couleur dans ses créations artistiques après un long combat avec soi-même. Il crée des monotypes en couleur ainsi que des gravures sur bois à partir de 1948. Cette phase de création est suivie d’une courte période en 1953 durant laquelle les toiles au caractère géométrisant ont la vedette. Au milieu des années 50, l’artiste découvre la technique de l’aquarelle. A la même époque, Bissier crée ses "miniatures" en utilisant la technique de la peinture à l’œuf (tempera).
En 1958, à l’issue de la première rétrospective d’importance dans la société Kestner à Hanovre et présentée par la suite dans plusieurs villes allemandes, le succès international est amorcé. Julius Heinrich Bissier participe à la Biennale de Venise la même année et aussi en 1960, puis à la documenta de Cassel en 1959 et en 1964. Au début des années 60, les expositions internationales se suivent, elles sont accompagnées par de nombreuses cérémonies en l’honneur de Bissier, par la remise de plusieurs prix et de la Croix fédérale du mérite en 1964.


Artistes similaires:  Alechinsky, Pierre  |  Arman  |  Arp, Jean  |  Beothy, Etienne  |  Bissière, Roger  |  Braque, Georges  |  Chillida, Eduardo  |  Clavé, Antoni  |  Cocteau, Jean  |  Coignard, James  |  Corneille  |  Daumier, Honoré  |  Delaunay-Terk, Sonia  |  Derain, André  |  Dubuffet, Jean  |  Ernst, Max  |  Estève, Maurice  |  Fautrier, Jean  |  Goya, Francisco de  |  Hartung, Hans  |  Herbin, Auguste  |  Jorn, Asger  |  Klein, Yves  |  Kupka, Frantisek  |  Lanskoy, André  |  Le Corbusier  |  Léger, Fernand  |  Man Ray  |  Mathieu, Georges  |  Michaux, Henri  |  Miró, Joan  |  Picasso, Pablo  |  Poliakoff, Serge  |  Serpan, Jaroslav  |  Soulages, Pierre  |  Tàpies, Antoni  |  Tinguely, Jean  |  Vasarely, Victor  |  Wols, (d.i. Wolfgang Schulze)  |  Wou-Ki, Zao